×

contactez-nous

corporate
FR

Les conditions d’un bon fonctionnement

22.02.2017

Le bon fonctionnement d'un foyer ou d'un poêle à bois Stûv dépend de 5 facteurs : l'appareil proprement dit, le conduit de fumées, le bois, l'alimentation d'air et la bonne utilisation du foyer.

L'appareil (poêle à bois, foyer encastrable ou cheminée)

Avant toute chose, choisissez un foyer ou poêle à bois performant de dernière génération, adapté au volume à chauffer, permettant une alimentation en air comburant puisé à l'extérieur.

L'entretien régulier du foyer est indispensable.  Outre le ramonage annuel, il faut vérifier l'état des joints qui assurent l'étanchéité de l'appareil et une bonne hygiène de combustion.

Le conduit de fumées

Le conduit de fumées

Le conduit de fumées (ou plus précisément son tirage) constitue un élément déterminant pour le bon fonctionnement du foyer ou du poêle. Les fumées produites par la combustion du bois – très chaudes – ont une propension naturelle à s’élever. Le conduit doit favoriser leur écoulement.

Qu’est-ce qu’un bon conduit ?

C’est un conduit qui crée un tirage suffisant mais pas excessif pour le foyer qui y est raccordé.

Et que faut-il pour favoriser ce tirage ?

  • une hauteur suffisante,

  • un chemin aussi vertical et droit que possible. A chaque coude ou dévoiement, les fumées sont ralenties et refroidissent.

  • une paroi lisse qui ne perturbe pas l’écoulement des fumées, et qui évite la fixation d'éventuelles particules imbrûlées.

  • une section constante et adaptée, plutôt ronde que carrée, et en principe jamais inférieure au diamètre de sortie de fumées du foyer,

  • un conduit isolé thermiquement : si la fumée refroidit, elle perd de sa force ascendante et peut condenser (la vapeur contenue dans les fumées devient alors liquide et perle à l'intérieur du conduit) ; un conduit qui traverse des espaces non chauffés (grenier) ou qui est installé à l’extérieur doit être isolé,

  • une cheminée équipée d’un bon chapeau qui maintient un tirage convenable, et ce, quelles que soient la direction et la force du vent.

Les caractéristiques dimensionnelles de la cheminée seront déterminées par votre installateur.

La cheminée doit être ramonée régulièrement (au moins 1x par an). En France, la réglementation applicable au ramonage des cheminées est fixée au niveau local par le biais d'un arrêté préfectoral ou municipal. Ces règles figurent dans le règlement sanitaire départemental de la commune où vous habitez.

Le bois

Le bois

Privilégiez les essences de bois dur

En se consumant, les bois durs (chêne, hêtre, frêne, charme ou arbres fruitiers) donnent une belle flambée et des braises incandescentes qui perdurent. N'utilisez pas de bois de conifères : leur chaleur est forte mais brève, les éclats de braises nombreux et leurs résines salissent la cheminée. Le bois ayant subi un traitement chimique, comme les poteaux de téléphone et panneaux d'aggloméré, sont à proscrire parce qu'ils occasionnent des exhalations nocives.

Le bois doit être bien sec

C'est une évidence : le bois humide, en se consumant, produit beaucoup de fumée, peu de flammes et salit le foyer, la vitre et la cheminée. Utilisez de préférence des bûches fendues et stockées dans un endroit bien aéré à l'abris de la pluie. Le bois doit sécher environ deux ans après avoir été coupé avant d'être destiné à la combustion. Plus il est sec - c’est-à-dire que son taux d’humidité est inférieur à 20% - plus il est léger et plus il produit une sonorité aiguë lorsque des bûches s'entrechoquent.

L’alimentation en air comburant

L’alimentation en air comburant

La combustion du bois consomme de l’air (il faut 8 m³ d’air pour brûler 1 kg de bois). Dans les maisons traditionnelles, l’air nécessaire en compensation s’infiltre sous les portes ou par les châssis. Dans les constructions récentes, qui ont un bon niveau d’étanchéité à l’air, il faut prévoir une arrivée d’air extérieur directement connectée au foyer. Il faut aussi tenir compte d’autres consommateurs d’air tels qu’une hotte de cuisine (extraction) ou un système de ventilation qui peuvent perturber le fonctionnement du foyer ou du poêle (refoulement des fumées dans l’habitation, risque d’extinction du feu). Pensez à signaler ces éléments à votre installateur lors de la mise au point de votre projet. Il vous aidera à trouver la solution appropriée.

Le partenaire incontournable de vos projets : votre revendeur Stûv !

Pour établir un diagnostic précis de votre conduit de fumées, vous conseiller dans votre choix du Stûv, vous proposer des solutions d’intégration originales ou encore vous informer sur les éventuelles primes ou déductions fiscales accordées dans certains pays ou régions d’Europe, votre revendeur Stûv est la personne de confiance et d’expérience à consulter le plus tôt possible dans vos projets de construction ou rénovation. Vous trouverez la liste des revendeurs à proximité de votre domicile sur la page Points de vente.

L'utilisation

Pour obtenir le meilleur rendement de votre poêle à bois, il faut utiliser le foyer dans sa plage haute, c’est-à-dire avec un feu vif, avec des bûches couvrant toute la largeur de la sole foyère.

C'est en effet alors qu'il devient le plus économique et écologique : il produit le plus de chaleur et le moins de rejets. Optez par conséquent pour un foyer bien dimensionné, afin d’éviter qu'il ne surchauffe la pièce où il est placé.

Conclusion : le feu doit toujours brûler à flammes très vives.

L'allumage du feu a aussi une grande importance pour le cycle de chauffe. Allumez le feu avec une charge suffisante de bois, petit bois et allume-feu pour réchauffer le conduit et amorcer le tirage de la cheminée. Nous conseillons d'utiliser la technique de l'allumage inversé. Consultez votre mode d'emploi.

Articles liés

Allumer un bon feu dans un insert ou poêle à bois : mode d’emploi

17.05.2017

arrow

7 conseils pour choisir son foyer au bois

03.03.2017

arrow

Le stûv qui convient à votre maison

20.12.2016

arrow

Le Chauffage au bois pollue-t-il ?

17.11.2016

arrow